Publié le : 22 June 2013
Pays : Chile       Auteur : Lory

Préambule du Chili

01 février 2013 :

Nous quittons San Pedro de Atacama pour nous rendre à l'aéroport d'Antofagasta afin de louer une voiture. Demain nous avons un rendez-vous à 14h00 et nous avons besoin d'une voiture pour nous y rendre.

  • Le soir dans une rue de San Pedro de Atacama
    Le soir dans une rue de San Pedro de Atacama
  • Toujours à San Pedro
    Toujours à San Pedro

C'est à bord de notre petite Chevrolet rouge que nous allons faire 2-3 courses avant de nous rendre au bord de la plage pour poser la tente. Il y a beaucoup de vent, mais celui-ci tombe la nuit venue, ce qui rend les choses un peu plus simple pour dormir. Nos voisins sont des jeunes, fans de hard rock, malgré la musique à fond, nous avons très bien dormi (la bouteille de vin a peut-être aidé un peu).

  • Notre petite Chevrolet
    Notre petite Chevrolet
  • La Portada à Antofagasta
    La Portada à Antofagasta
  • Le spot pour la nuit
    Le spot pour la nuit
  • Coché de soleil depuis le spot
    Couché de soleil depuis le spot

Un petit déjeuner face à l'océan et on remballe la tente. Nous voici partis pour un petit tour sur les routes du désert d'Atacama (C'est un désert très aride, il reçoit moins de 50 mm de pluie par an). Les lieux proches des usines, ressemblent à des endroits fantômes, la poussière a tout recouvert, on ne distingue plus les couleurs. Nous nous dirigeons vers la main du désert, une immense sculpture en plein désert. Cette oeuvre a été sculptée par Mario Irarrazabal en 1992 pour saluer les voyageurs qui viennent dans la région d'Antofagasta (je rajouterais qu'un gros truc au milieu de rien, cela devient le pissoir public). La route est longue, c'est toujours tout droit et il n'y a rien à voir. Une fois arrivé à la main du désert, nous savons que la plus grosse partie du trajet pour nous rendre à notre fameux rendez-vous de 14h00 est faite. Mais qu'est-ce que c'est ce rendez-vous de 14h00 ? Loin de tout, planté en plein milieu du désert le plus aride du monde, ça ne vous donne pas une petite idée ? Je suis sûre que certains d'entre vous ont trouvé. Et bien, nous allons à l'observatoire du Cerro Paranal, l'observatoire ayant les téléscopes les plus évolués du monde (rien que ça, pour ceux qui veulent un peu plus d'info http://www.eso.org/public/france/teles-instr/paranal.html). Et oui, en faisant des recherches nous avons vu qu'il fallait simplement faire une demande à l'avance pour une visite guidée, alors ni une ni 2 c'est ce qu'on a fait et bingo, il y avait de la place, c'est génial ! L'endroit est impressionnant, il y a quatre télescopes principaux de 8,2 mètres, qui, avec les quatre télescopes auxiliaires de 1,8 m, constituent le Very Large Telescope (VLT).

  • La main du désert
    La main du désert
  • L'observatoire du paranal
    L'observatoire du paranal
  • Les téléscopes vue de l'extérieur
    Les téléscopes vue de l'extérieur
  • Un des téléscopes secondaire
    Un des téléscopes secondaire
  • Perché à 2635m
    Perché à 2635m
  • Vue de l'intérieur
    Vue de l'intérieur
  • Au milieu, il y a le miroir de 8,2 m de diamètre
    Au milieu, il y a le miroir de 8,2 m de diamètre
  • Le miroir
    Le miroir
  • Photo prise depuis leur site web
    Photo prise depuis leur site web
  • Une autre prise depuis leur site web
    Une autre prise depuis leur site web

Sur la route du retour, nous avons eu droit à des tempêtes de sable, je vous assure que cela fait lever le pied, car d'un coup, on ne voyait plus à 1m, heureusement ce n'était que de petites tempêtes par-ci, par-là, sinon on n'y serait encore.

Arrivé à Antofagasta on ramène la voiture puis on prend un bus jusqu'à Calama, où nous dormirons dans une chambre avec 1 lit simple, mais à minuit, on ne se prend pas trop la tête. Demain on quitte le Chili pour se rendre en Argentine à Salta.

Si vous désirez recevoir un e-mail lorsque nous publions de nouveaux textes, envoyez un e-mail vide à cette adresse (cliquez en-dessous) :

comeawaywith-me+subscribe@googlegroups.com

Commentaires